10
Ven, Juil
4 Nouveaux articles

A l’approche des échéances électorales, le pouvoir, en complicité objective avec quelques fossoyeurs de la république, remuent les fonds des eaux en agitant les démons du tribalisme et ceux de leurs mensonges. Incapables de proposer un avenir radieux aux nombreux naufragés de sa politique, le pouvoir envisage un énième « dialogue » des sourds.

 La dictature Sassou est effroyable. Elle corrompt les consciences et abrutit les masses. Rares, sont ceux qui en sortent indemnes. Même certaines âmes que l’on croyait à l’abri, censées éclairer les populations sur les enjeux sociétaux, n’y échappent pas.

Un vrai militaire, ça agit quand il n’est pas content, de surcroit quand il est à la garde présidentielle, bien placé pour le " Kia nguié wo " ("fais moi l'affaire ou règle lui son compte !"), sinon, il la ferme et range sa queue soigneusement entre les jambes !

Comment peut-on comprendre que dans un service de réanimation où les vies sont sous assistance respiratoire constante, donc dépendantes de l’électricité, qu’il n’ait pas été prévu des batteries capables de tenir ne fût-ce que 15 minutes?

L’autocrate, aurait donc été sévèrement sermonné. Connu pour sa promptitude à exhiber ses muscles quand il s’agit de mater ses opposants, le vieux dictateur se serait fait tout petit face à un homme plus jeune que son fils, et qui n’était même pas âgé de deux ans quand il prenait le pouvoir au Congo...

Plus d'articles...