06
Lun, Avr
3 Nouveaux articles

Pourquoi je ne verserai pas de larme pour Nicolas Okandzi

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Madame Okandzi, J’ai écouté avec attention votre indignation dans l’audio que voici, au sujet de la garde à vue de votre mari, dans une affaire de complicité de détournement de fonds publics par Christian Okemba à la mairie de Brazzaville. Vous déplorez l’arbitraire aurait été victime votre époux, en plus des privations qu’aurait subi par ce dernier. Des conditions que vous jugez inhumaines. Soit. Jusque-là, vous n’apprenez absolument rien de nouveau aux Congolais sur les pratiques barbouzardes de la police politique de Sassou, le patron de votre mari.

Mais, qu’arrive-t-il donc aux proches du pouvoir ? Nous avons eu droit il y a quelques mois aux états d’âme de la fille Dabira, s’alarmant au sujet des conditions de détention de son père qu’elle jugeait inacceptables. Voici présent Madame Okandzi pleurer pour si peu, alors même que son cher et tendre époux n’a pas encore subi le rituel des tortures physiques qui ont fait la sale réputation de la DGST. A peine votre mari a subi quelques privations, tout ce qu’il y a de plus banal en l’occurrence, en guise d’apéro de bienvenue, que vous utilisez les grands mots et menacez de faire sauter votre république, la république bananière des Sassou et des Nguesso & Co ! Mais Madame, la DGST et ses idiots de chefs que vous clouez aujourd’hui au pilori, c’est pourtant bien votre maison à broyer les Congolais opposés à Sassou ! Et ces traitements que vous qualifiez aujourd’hui d’inhumains, c’est ceux auxquels ont toujours eu droit les opposants, vous savez ? Ces ennemis opposés à votre république du crime de sang et du crime économique en bande organisée, et dont votre mari était il y a encore très peu un des serviteurs les plus zélés.

Vraiment je ne comprends pas. Vous avez fabriqué un monstre que vous avez toujours soutenu contre vents et marrées dans sa folie parce qu’il était du Nord comme vous. Un monstre qui s’est doté d’un appareil répressif sauvage composé essentiellement des gens du Nord comme vous. Et quand ces pitbulls s’attaquent à un des vôtres, vous en faites une affaire d’Etat ?  

Madame Okandzi, mais quelle mouche vous a piquée au point de rompre le pacte tacite qui vous a toujours liés au clan Sassou ? Vous osez crier au loup, parce que votre mari passe des jolis moments à la DGST en gouttant aux affres de la maison dont il a contribué à l’édification ? Je ne sais pas si c’est par dépit ou plutôt par désespoir. Mais grande est ma surprise. Surpris du réquisitoire très sévère que vous dressez contre le système Sassou et sa DGST, sa police politique, l’un de ses bras armés avec sa « garde républicaine ». Mais ce système injuste dont vous semblez aujourd’hui découvrir le vrai visage affreux, il a toujours été le vôtre. C’est celui qui vous a toujours nourris depuis la nuit des temps. Maintenant qu’il se retourne contre vous, vous criez au complot ?

Votre mari est un « cadre », dites-vous ? Oui, mais un cadre du régime Sassou. Nuance. C’est ce que vous oubliez intentionnellement de préciser, quand on sait que pour servir ce régime vomi par les Congolais, il faut être du sérail. Être voleur est la condition première. Lige, la seconde. Et si en plus vous êtes natif d’Oyo ou de ses environs, vous remplissez toutes les conditions. Voilà les critères très restrictifs de sélection pour servir Sassou. Des critères drastiques donc que votre mari a curieusement remplis haut la main. Ce qui lui a valu d’être depuis des décennies l’indéboulonnable directeur général du budget du régime Sassou. Un régime glaçant et à la fois très sauvage connu de tous, et mis sur le ban de la communauté internationale pour ses crimes et pour ses frasques. Jamais, vous ne vous en êtes offusquée.

Finalement, de quoi vous plaignez-vous Mme Okandzi ? Vous êtes vraiment injuste. Jean Marie Mokoko dont Sassou a volé la victoire à l’élection en avril 2016, un « makouaen », comme vous, puisque vous le revendiquez, avait été arbitrairement détenu à la DGST. Depuis 4 ans, il croupit injustement en prison dans des conditions spartiates, privé de visites des siens. Puis, tout récemment il n’a pu aller dire adieu à sa maman lors du décès de celle-ci. Chose curieuse, vous n’aviez jamais crié votre indignation.

André Okombi Salissa a été détenu à la DGST puis jeté en taule. Silence bouche cousue. Paulin Makaya a subi des tortures à la DGST avant la case prison, jamais on ne vous a entendue. Que dire du martyre d’Augustin Kalla kalla, sauvagement torturé par les gros bras de votre pouvoir, des tortures dont il garda des séquelles irréversibles jusqu’à ce que mort s’en suive quelques mois plus tard ? Là non plus, on ne vous a jamais entendue. Pas plus qu’on ne vous a entendu tousser à propos de la détention arbitraire, depuis 4 mois, de Céleste Nlemvo Makela. Franck Donald Saboukoulou, Parfait Mabiala,  Gul Ossebi, Meldry Dissivoulou. Cinq jeunes de la société civile et du mouvement ras-le-bol, enfermés dans des conditions dégueulasses à la maison d’arrêt de Brazzaville.  Alors Mme Okandzi, ça en fait trop pour que les Congolais soient sensibles à votre détresse. N’est-ce pas ?

Vous voilà piquée au vif, Mme Okandzi. C’est tellement simple de crier à la victime, quand on a soi-même cautionné les dérives d’un système ignoble qui vole, pille et tue Voyez-vous, les Congolais n’ont pas la mémoire courte. Ils se souviennent encore de ce crime crapuleux commis par votre mari sur ce domestique, un jardinier accusé à tort, de lui avoir volé 56 millions de francs CFA, un magot qui roupillait paisiblement à votre domicile. C’était en 2006. Torturé, puis abattu froidement par votre tendre et cher époux que vous voulez présenter aujourd’hui blanc comme neige, avec un sacré culot. 56 millions comme bas de laine sous le matelas, c’est une somme énorme, n’est-ce pas ? Comment avait-t-il fait pour les amasser ? Et comme par hasard, aucune enquête ne fut diligentée pour connaitre l’origine de ces fonds. C’est curieux non ?

Vous avez beau crier au diable, mais vous aurez bien du mal à convaincre les Congolais sur l’intégrité de votre cher époux dans cette arène de rapaces où il a atterri on ne sait pas trop comment, une arène où piller est un sport national et un critère de promotion du régime Sassou. Résultat : le Congo est en faillite, manque de tout et les Congolais en sont réduits à vivre comme des gueux.

Mais que feront-ils, ces voleurs du clan Sassou, de tous ces milliards volés aux Congolais planqués dans des banques étrangères et qu’ils ne dépenseront jamais ? Pendant ce temps, nos compatriotes meurent comme des mouches au CHTUE et autres hôpitaux mouroirs, faute de nivaquine ou parce qu’ils n’ont pas été capables de payer une petite ordonnance d’à peine 5000 Francs CFA qui aurait pu leur sauver la vie. Voilà le régime auquel votre mari a contribué à l’éclosion. Dégoutant !

La bêtise insiste toujours, disait Camus. Depuis peu, au nom de la solidarité clanique, quelques ignares n’hésitent pas à témoigner sur la nécessité d’étouffer cette affaire au risque d’éclabousser jusqu’en haut lieu. On y apprend que tout le monde vole. Ce n’est pas un scoop, les Congolais le savaient déjà.

On sait que les affaires entre membres du clan Sassou se règlent en famille. Une fois l’orage passé les Sassou, Okandzi et les autres voleurs se retrouveront côte à côte pour faire la paix. Les moins chanceux seront confortés à leur poste. Et les plus chanceux promus.

Ce qui est moins drôle, c’est que vous ne manquez de rien, comme la majorité des gens proches de ce pouvoir, et au moindre bobo, vous voilà dans l’avion, direction Paris pour des soins dans des bons hôpitaux. C’est la belle vie. Pendant ce temps, mes parents, comme la majorité des Congolais paient le lourd tribut de votre incurie. Voilà pourquoi, je ne verserai aucune larme pour votre mari et les autres voleurs.

 Jean Pierre Nzolani

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/congo-une-ong-denonce-la-detention-arbitraire-de-cinq-activistes-20200212

http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200201-congo-brazzaville-ong-arrestations-militants-associations

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS