12
Mer, Aoû
2 Nouveaux articles

Marche pour Mokoko

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Tribune libre

La société civile se mobilise pour sauver la vie du général Jean Marie Mokoko. Sassou, quel vrai lâche qui liquide ses opposants avec des pratiques très peu orthodoxes ! Ni humain, ni serviable, le vieux dictateur congolais brille, une fois de plus, dans le cynisme qui l’a toujours caractérisé. Cette fois-ci, il voulait se servir du covid-19 pour définitivement sceller de sort de Jean Marie Mokoko. Hélas pour lui, l’annonce de l’hospitalisation de Jean Marie Mokoko à l’hôpital militaire a suscité un tollé et une mobilisation tels que Sassou a dû revoir ses plans.  

demande1

Avoir l’ambition de devenir président de la République dans son pays n'est pas un crime. Sauf chez Sassou qui, du haut de ses 78 ans et après 40 ans de règne sans partage, ne s’est jamais réellement fait à la démocratie, en dépit de ses apparences trompeuses, de ses discours démagogiques et de ses costards d’apparat cachant en réalité une âme d’autocrate foncièrement rompu aux crimes, défiant quiconque voudrait lui ravir son trône. Le satrape qui ne recule devant rien s‘est arrogé le droit de vie ou de mort sur les Congolais. On ne compte plus ses nombreuses victimes. Dans son viseur : Jean Marie Mokoko, qui lui a assené une sacrée déculottée en 2016, restée tristement célèbre dans les annales de l’histoire. Un crime, aux yeux de Sassou qui n’a jamais digéré cet impair et qui entend le faire payer cash à son auteur. Depuis plus de 4 ans, Jean Marie Mokoko dont Sassou a volé la victoire en 2016, croupit injustement en prison après un procès stalinien co-organisé par le tyran et ses sous-fifres. Jean Marie Mokoko a pris 20 ans de taule, c’est le tarif maison.

demande2

Or, depuis quelques semaines, nous apprenons avec stupeur que Jean Marie Mokoko est dans un état sanitaire très grave. Privé de soins, Sassou a décidé de l’envoyer mourir dans un mouroir de la place, pendant que lui, évacue les siens massivement en France. 

Aucune âme normale ne saurait rester insensible au triste sort qui s'acharne sur Jean Marie Mokoko, pour lequel la politique est en train de devenir une véritable guillotine. Mokoko dont le péché aux yeux de Sassou est d'avoir osé le challenger en 2016 en voulant conquérir la magistrature suprême, n’en est pas à sa première épreuve. Tout le monde a encore en mémoire, ce refus catégorique de Sassou d’autoriser Mokoko d’aller accompagner sa mère dans sa dernière demeure. C’était en 2019.

Enfin ! Je dis enfin. Aujourd’hui, les Congolais se mobilisent pour essayer de sauver la vie à celui qui avait tout pour passer une retraite paisible, et qui au lieu de cela, a fait un autre choix parce que le devoir l’appelait, le devoir de barrer la route à un tyran et son clan qui ont plongé tout un pays dont rien ne prédestinait, dans l’abîme.

Puisse cette marche, être le déclic d’un réveil collectif face à un régime criminel qui a tout volé, tout pillé et dont nous sommes les premiers à payer le prix le plus fort de sa politique de terre brulée.

Jean Claude Nzolani

A lire sur le même sujet

Tshisekedi à Brazzaville pour quoi faire ?

Notre commentaire

Encore une fois, Sassou n'entend que le langage de la force. Du rapport de force. L'actualité nous en fournit encore la preuve, avec l'achat massif par ce dernier en Turquie d'engins de la police destinés à mater les manifestations, dont il vient de faire l'acquisition et qui  sont arrivés à Pointe-Noire. C'est que le tyran se prépare d'ores et déjà à réprimer par le sang, au besoin.

C'est dire qu'on ne demande pas à un dictateur de bien vouloir autoriser à faire telle ou telle chose, qu'il vous rende service. C'est par l'épreuve de force, la détermination du peuple, à bouter hors du pouvoir le clan que se trouve le salut. Les exemples tunisien, burkinabè et peut-être bientôt malien, nous l'enseignent. 

vehicule1 

Le peuple meurt de faim , mais les moyens existent pour l'achat des armes pour massacrer le peuple ! 

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS