06
Lun, Avr
3 Nouveaux articles

Crimes économiques au Congo : encore des dettes cachées ?

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le feuilleton des crimes économiques du Congo commis par le clan au pouvoir n'est pas près de se terminer. Clairement, les Congolais ont largement sous estimé l'étendue du siphonnage de l'éconmie du pays par ledit clan. On comprend que celui-ci se cramponne mordicus au pouvoir, par peur de subir le sort qui risque d'être réservé au clan Dos Santos en Angola, auquel il n'a rien a envier.

Global Witness, l'organisme anti-corruption,  dans son énième rapport démontre, comme l'indique RFI, que "Brazzaville n'en a pas terminé avec les révélations sur les dettes cachées. Les dettes de la société nationale des pétroles du Congo (SNPC) risquent d'alourdir la dette du pays.

En effet l’ONG  " vient d'analyser les comptes de la Société pétrolière congolaise. La SNPC les a rendus publics, comme l'exigeait le Fonds monétaire international (FMI), en échange de la reprise de son aide. L'analyse de ces données publiques par Global Witness révèle une dette adossée au pétrole de 3,3 milliards de dollars contractée auprès des compagnies pétrolières étrangères telles que Total, Chevron et ENI et de plusieurs banques. Cette dette est différente de celle due, par l'État congolais, aux traders pétrolier tels que Trafigura et Glencore notamment. Elle risque donc à terme, selon Global Witness, d'alourdir la dette publique du pays" de plus d’un tiers supplémentaire par rapport aux estimations publiées par le FMI en juillet 2019,

Lire la suite de l'article

A la lecture du rapport de l'ONG, justement intitulé " Caisse siphonnée : où est passé l'argent du pétrole congolais " on apprend que “La principale entreprise d’État congolaise, la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) a contracté un minimum de 2,7 milliards de dollars de dettes jusque-là confidentielles auprès de géants pétroliers, notamment Total, Chevron et Eni, selon notre analyse de ses comptes vérifiés”,

Le passif de la SNPC pourrait devenir celui de l’État et entraîner des conséquences désastreuses”, ‘(…) “Des milliers de retraités ne touchent plus leur pension depuis des années, certains hôpitaux manquent continuellement de moyens”.

L’ONG anti-corruption pointe les “signaux d’alerte majeurs de corruption” et de “mauvaise gestion” à travers “des millions de dollars de fonds manquants” dans les comptes de la SNPC.

Ces comptes “attestent que 156 millions de dollars de dividendes destinés à l’unique actionnaire de la SNPC – l’État – auraient disparu entre 2016 et 2018”.

Les comptes révèlent enfin qu’Eni, géant pétrolier italien coté en Bourse, aurait passé plus de 280 millions de dollars de dettes de la SNPC par pertes et profits dans le cadre du renouvellement de plusieurs permis”, selon Global Witness.

Global Witness a récemment dévoilé que la fille et le fils du président congolais, lui-même ancien directeur-général de la SNPC, auraient blanchi jusqu’à 70 millions de dollars de fonds publics”, rappelle l’ONG.

Lire le rapport de Global Witness ici 

Notre commentaire

Face aux exploits du dictateur infatigable, génie de l'Alima, on ne peut s'empêcher d'applaudir. En effet quel homme ! Il a bien raison de vouloir encore une fois se succéder à lui-même, lors de la prochaine présidentielle, après de tels services rendus au pays ! Nos sincères félicitations.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS