04
Mer, Aoû
0 Nouveaux articles

Alors, Sassou, ce débat que te réclament les Congolais contre Mathias Dzon !

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Les Congolais sacrifieront-ils Mathias Dzon, comme ils ont sacrifié le général Jean Marie Mokoko en dépit du débat qu’ils réclament à cor et à cri entre Sassou et Dzon ? Nous espérons que NON. Aussi, espèrent-ils que Dzon ira jusqu’au bout de sa détermination pour faire mordre la poussière à sassou dans les urnes, comme le fit en son temps, le général Jean Marie Mokoko en 2016.  La suite, on la connait.  Les Congolais sont orphelins de leur général, jeté en prison.

La définition de la folie, c'est de refaire toujours la même chose, et d'attendre des résultats différents, disait Albert Einstein. Mais nous n’allons pas charger Mathias Dzon, candidat à la présidentielle contre Sassou. Bien au contraire, il a tout notre soutien tout comme celui de la majorité de nos compatriotes qui ne souhaitent et n’attendent qu’une seule chose : se débarrasser de Sassou et de sa bande de voleurs. Si Dzon a enfin trouvé la recette, nous lui disons, Alléluia !

Même s’ils ne se font guère d’illusion sur l’issue de ce faux scrutin, après tout, c’est bien connu, un dictateur n’organise pas l’élection pour la perdre, car Sassou trichera et se maintiendra par la force des armes, comme il en a l’habitude,  je voudrai ici relayer un appel insistant des Congolais sur une chose dont ils ont été injustement privés en 2016 entre le général Jean Marie Mokoko et Sassou. Le débat radio télévisé. Sassou s’étant dérobé, et croyez-moi, nos compatriotes l’ont mal vécu. D’où cet appel dont nous demandons à chacun de relayer aux oreilles du vieux dictateur congolais.

Sassou, réfractaire à la contradiction et au débat ? Puisque toutes les conditions pour l’organisation d’une élection transparente sont réunies, à en croire Sassou et ses sbires, les Congolais demandent un face à face radio télévisé entre les 2 candidats en lice. En 2021, nos compatriotes ne comprendraient pas que l'empereur paresseux prenne la tangente.

Quant à Mathias Dzon, nous savons qu'il n'attend que ça ! Comme Jean Marie Mokoko en 2016, il ne se dérobera pas. Et connaissant Dzon, on vous le dit, il n’en fera qu’une bouchée.

Viendra ou ne viendra pas ? Sassou se présentera-t-il ou ne se présentera pas sur les plateaux pour un débat radio télévisé ? 2016-2021. Le temps passant, 5 ans après, Sassou se serait enfin converti à la démocratie dit-on, et donc, devenu un vrai démocrate. Mais ne soyons pas mauvaise langue, il n’ ya que les imbéciles qui ne changent pas. Il parait qu’avec le temps, comme le vin, on se bonifie. Après tout, 40 ans au pouvoir, ça se défend pour faire prévaloir et défendre son bilan.

On ne peut pas prétendre être un démocrate (même converti,)  le crier sur le toit depuis 30 ans, puis se soustraire à un débat qui, rappelons-le, est un des grands marqueurs de santé dans la vie démocratique d’un pays. Soit on est dans une démocratie, dans ce cas, le débat est et reste une institution, un exercice démocratique auquel on ne se dérobe pas.  Soit on est en dictature et on continue à se comporter comme le fait Sassou en fuyant le débat contre ses challengers.

Alors Sassou, ce débat ? Sauf si tu décidais qu’en t’appelant à un face face à la télévision contre Mathias Dzon et comme cela se fait dans tous les pays civilisés, les Congolais exposeraient Dzon aux poursuites judiciaires pour atteinte à la sûreté intérieure du pays pour détention d’armes et munitions découverts nuitamment à son domicile. Et qu’à ce citre ton inamovible procureur de la République, j’ai cité Oko Ngakala, l’homme qui reçoit ses ordres au palais et qui t’obéit au doigt et à l’œil, ferait respecter ta loi. Rien que ta loi

Allô Sassou... le débat. Le débat. Le débat.

Jean Claude Nzolani

Notre commentaire

Vous avez dit débat ?

On peut l’accuser de tous les maux, l’affubler de tous les noms, mais il n’est pas fou, le Sassou. Ce n’est pas un hasard si en plus d’un demi-siècle de carrière politique, il est toujours aussi surpris qu’un canard devant une brosse à dents qu’on lui parle de « second tour d’une élection », ou de débat… Alors ces deux choses pour lui bizarres, vous pouvez toujours en rêver. Jamais de la vie ! Parole de " l'homme ses masses". Comme le disait poétiquement un chef d'Etat voisin défunt, le c... de vos mamans !

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS