REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
30
Jeu, Mar

Afrique
Typographie

La presse a diffusé une vidéomontrant le général Ndenguet, Directeur de la Police Nationale promettant la mort aux « zaïrois ».

  

 Point de vue

Lundi et mardi se sont déroulés à Brazzaville deux événements qui, mis côte à côte traduisent la déliquescence insidieuse des us et coutumes politico sociaux au Congo.

La presse a diffusé une vidéo montrant le général Jean François Ndenguet, Directeur Général de la Police Nationale (DGPN), haranguant la foule et promettant la mort aux ressortissants de la République Démocratique du Congo (RDC) qu’il appelle « zaïrois », sous prétexte de lutte contre le phénomène Kuluna , en clair gangs de jeunes qui terrorisent les populations des capitales congolaises depuis déjà plusieurs mois.

Le lundi 29 juillet 2013, cinq femmes prostituées originaires de la RDC présentes dans la forêt située à quelques mètres du Palais du Parlement où s’ouvrait le même jourle Forum économique Forbes consacré à l’émergence des classes moyennes en Afrique ont étéhumiliées publiquement et forcées par des militaires de la garde présidentielle de se déshabiller entièrement.

Sur la vidéo publiée par le site Brazzanews, les cinq femmes sont forcées de se déshabiller devant une patrouille d’éléments de la garde républicaine, reconnaissables à leurs bérets violets traditionnels.

Outre l’indignation justifiée que ces deux actes ont provoqué à travers le monde, ils semblent faire naitre actuellement à travers les réseaux sociaux, un vent de xénophobie entre les frères congolais des deux rives que la PCCI ne peut laisser passer sous silence.

Remettons les choses dans leur véritable contexte.

  • Les phénomènes de la prostitution et kuluna ne sont pas spécifiques à la RDC. Depuis le miracle pétrolier et l’injustice sociale organisée, l’instrumentation militaire des jeunes et le sabotage de la formation scolaire, la jeunesse est livrée à elle même. Le vol, la prostitution plus ou moins à ciel ouvert, l’achat des consciences sont actuellement le seul débouché des jeunes congolais. En cela ils ont un bel exemple à travers leurs responsables politiques et particulièrement leur président de la république qui est incapable de savoir le nombre de ses rejetons hors mariage. Les deux phénomènes précités sont pour les deux Congo la preuve la plus irréfutable de l’échec de la distribution des richesses nationales.
  • Monsieur Ndenguet, officier supérieur, directeur de la police fortement impliqué dans l’affaire des disparus du Beach et recherché par la justice internationale est mal placé pour faire devant une foule, l’apologie du crime et de l’assassinat même face à des individus ayant enfreint la loi. La justice est là pour cela. La parole d’un dirigeant politique doit être emprunte d’une certaine solennité. En indexant les ‘’kinoises’’ donnait il la position officielle du pouvoir politique auquel il appartient ou sortait il une simple obscénité des méandres de son subconscient de policier peu habitué aux choses de la diplomatie et du panafricanisme ? Sa position est elle partagée avec son président Sassou qui veut   assurer la médiation dans les concertations nationales en RDC, A titre de rappel, ce même général a fait exécuter sans jugement des milliers de jeunes cobras qui, après les guerres contre les civils étaient devenus des bandits de grands chemins. Quels étaient les véritables responsables ? Ceux qui les avaient armé ou les jeunes qui avaient été abandonnés à eux-mêmes ? Il y a autant de jeunes délinquants à Brazzaville qu’à Kinshasa. Menacer de mort ceux qui ne sont pas de chez soi relève de la simple xénophobie et ne résout pas fondamentalement le problème de la délinquance urbaine du aux manques d’investissements pour la jeunesse.
  • Dans l’affaire, quand la garde de Sassou Nguesso humile les femmes congolaises, nous sommes surpris de la présence de la garde républicaine en ces lieux et pour cette mission. Il existe une police et une gendarmerie dont les missions sont celles gérer juridiquement des situations sociales. Quelles sont alors les attributions de la garde républicaine, corps militaire d’élite par définition ? L’armée au Congo n’a-t-elle plus comme mission de défendre la patrie contre l’ennemi extérieur pour s’occuper en plus de la prostitution ? Peut être que la proximité avec le Forum économique Forbes (haut lieu de l’avenir économique du Congo) faisait du ‘’nettoyage ‘’ des environs une mission pour la patrie en danger à confier à l’armée.

En guise de réponse à cet acte odieux d’humiliation de la personne humaine (nos sœurs, nos mères), le pouvoir congolais parle de l’immoralité de la prostitution. La PCCI rappelle que toute personne même enfreignant la loi a droit au respect de sa dignité (Quelle soit zaïroiseou congolaise). Elle pose la question aux congolais de savoir qui est plus indigne de celle qui par manque de structures économiques est réduit à vendre son corps ou du dignitaire politique qui détourne des cargaisons entières de pétrole et envoie surement vers la mort des milliers de bébés qui ne peuvent bénéficier de la moindre eau potable ?

A nos frères de la république démocratique du Congo

La PCCI a constaté depuis un moment la recrudescence sur la toile et les réseaux socio des propos de xénophobie latente entre les frères des deux rives. Les citoyens congolais sont solidaires de leurs frères empêtrés dans la même crise économique et politique infligée par leurs dictateurs respectifs. Les propos irresponsables et populistes tenus par le chef de la police, le général Jean François Ndenguet n’engagent que lui et ceux de son pouvoir.

La PCCI en appelle aux patriotes des deux rives afin de ne pas céder aux sirènes de la provocation

 

 Paris le 3 aout 2013

Pour le bureau exécutif

 

Plateforme Congolaise contre la Corruption et l’Impunité

Dénoncer la Corruption et l’Impunité au Congo et en Afrique ; Saisir les juridictions compétentes nationales et internationales; Solliciter une réparation des préjudices ; Contribuer à la bonne gouvernance au Congo

 

28, Avenue des Fleurs, 45130 Saint-Ay

Tél. : 06 64 88 01 59

 

NDLR- le lien de la vidéomontrant le général Jean François Ndenguet a été rajouté par "Mwinda".

 

Mwinda sur Twitter

Facebook