REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
28
Mar, Mar

lu pour vous
Typographie

" Dans cette situation assez illisible, il me semble important de sortir de cette nébuleuse constitutionnelle. Cette crise paralyse le pays, aggrave la misère et excite les haines. Notre feuille de route est claire. Revenir à la Constitution du 20 janvier 2002 qui empêche au chef d’Etat de briguer un troisième mandat."

Interview de Zacharie Bowao, ancien ministre de la Défense de Sassou, ancien membre du Bureau politique du PCT.

Le Monde (17/12)

Congo-Brazzaville : « Je crains que le pouvoir ne soit débordé par une insurrection »

(...) Il faut comprendre que Denis Sassou Nguesso mène un coup d’Etat anticonstitutionnel qui est toujours en cours. Contrairement aux résultats annoncés (92,96 % de votes favorables et une participation de 72,44 %), le taux de participation n’a pas dépassé les 5 %. Le pouvoir de Denis Sassou Nguesso n’a plus de légitimité. Ce n’est plus qu’un président de fait.
 
Le peuple congolais a démontré sa capacité d’opposition et a boudé ce référendum. On s’attendait à ce que Denis Sassou Nguesso agisse comme un grand chef d’Etat capable d’être à l’écoute de son peuple. Il n’en fut rien. Et son obsession sécuritaire l’a mené à la répression de manifestants pacifiques. Dont acte.

Lire la totalité de l'interview

Mwinda sur Twitter

Facebook