18
Mar, Jan
1 Nouveaux articles

Suspension de la connexion Internet via les téléphones mobiles au Congo ?

lu pour vous
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Okombi Salissa informe ce jour les Congolais via Facebook que le pasteur Yves Castanou (responsable de l’agence de régulations et des communications électroniques) aurait annoncé la suspension de la connexion internet 2 g et 3 g via les téléphones mobiles au Congo pendant une durée d’un an, c’est-à-dire le temps du coup d’Etat constitutionnel.

Après l'interdiction complètement arbitraire faite à Tsaty Mabiala, Oba Apounou, Serge Blanchard Oba, notamment, de se rendre en France, le régime en place au Congo serait encore allé plus loin dans la dictature, dans le contrôle des consciences. Une initiative à laquelle même la Corée du Nord n'a jamais pensé ! Une vraie fuite en avant.

Au moment où l'on se félicitait de savoir qu'un Congolais faisait assembler sur le territoire congolais des téléphones portables, voilà qu'Okombi Salissa informe ce jour les Congolais via Facebook que le pasteur Yves Castanou (responsable de l’agence de régulation et des communications électroniques) aurait annoncé la suspension de la connexion Internet 2g et 3g via les téléphones mobiles au Congo pendant... une durée d’un an, c’est-à-dire le temps que Sassou réalise tranquillement son coup d’Etat constitutionnel destiné à lui permettre de mourir au pouvoir, sans que nos compatriotes ne puissent s'organiser pour l'en empêcher.

Rappelons que dans un pays où le téléphone fixe à domicile a quasiment disparu, le téléphone mobile demeure la façon la plus commode de se connecter à Internet. Priver les Congolais de connexion Internet par ce biais, ce serait couper notamment notre jeunesse du monde, sans compter que pour d'autres, il s'agit d'un outil de travail. Il est vrai que Sassou pressent que les réseaux sociaux constituent un moyen de communication incontrôlable et donc redoutable, susceptible de contrarier ses plans (1). Il ne prendrait donc aucun risque et pense pouvoir tout verrouiller.

Vérification faite sur le site Internet de l'ARPCE, le communiqué de cet organisme est rédigé dans les termes suivants :

" Les deux opérateurs de téléphonie mobile dominants du Congo, à savoir MTN et Airtel, perdent chacun une année de leurs licences 2 G et 3G. La sanction retenue par le Directeur Général de l’Agence de Régulation des Postes et des Communications Electroniques, Yves Castanou, a été rendue publique ce jeudi 6 août au siège de l’Autorité de régulation ".

Il s'agirait donc a priori d'une mauvaise interprétation (enfin, on l'espère) de ce communiqué -  lequel ne brille pas, il est vrai, par sa clarté -, ce qui témoignerait à tout le moins du climat de défiance envers le pouvoir qui règne actuellement dans le pays. 

(1) De source informée, Sassou aurait prévu de consulter, le 12 août prochain, les présidents des deux chambres du parlement dans la perspective du référendum pour une nouvelle constitution.