REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
25
Mar, Avr

lu pour vous
Typographie

C’est alors qu’il débute une carrière comme directeur de l’entreprise brésilienne Asperbras, installée depuis longtemps au Congo. C’est cette société qui a construit le parc industriel de Maloukou, près de Brazzaville, un projet de 450 millions d’euros voulu par le président Denis Sassou-Nguesso, dont Veiga serait un proche. Ou du moins proche de sa fille Claudia, conseillère en communication du président congolais.

Le Monde (23/2)

L’homme d’affaires José Veiga, surnommé « Monsieur Afrique » en raison de ses liens avec l’Afrique francophone, et notamment le Congo-Brazzaville, va devoir s’expliquer en prison.

Arrêté par la police judiciaire portugaise le 3 février, il est soupçonné de corruption, de fraude et de blanchiment d’argent. Un de ses amis, Paulo Santana Lopes – frère d’un ancien premier ministre – et une avocate ont également été interpellés mais laissés en liberté.

(…) Trop gourmand ? Maladroit ? Veiga finit par se mettre à dos presque tout le monde du football. En 2013, il a été accusé – et condamné – pour fraude et corruption dans une affaire de transfert datant des années 2000. Mais il a été relaxé. C’est alors qu’il débute une carrière comme directeur de l’entreprise brésilienne Asperbras, installée depuis longtemps au Congo. C’est cette société qui a construit le parc industriel de Maloukou, près de Brazzaville, un projet de 450 millions d’euros voulu par le président Denis Sassou-Nguesso, dont Veiga serait un proche. Ou du moins proche de sa fille Claudia, conseillère en communication du président congolais (...)

Lire l'article en totalité.

Mwinda sur Twitter

Facebook