03
Dim, Juil
0 Nouveaux articles

Lors d’un entretien accordé à RFI, France 24 et à TV5 Monde le 27 novembre dernier, François Hollande a clairement fait passer un message à Sassou Nguesso, fustigeant ceux qui par intérêt personnel sont tentés de changer la Constitution de leur pays alors qu’ils sont atteints par la limite d’âge et le nombre de mandats.

Dabira serait convoqué chez le « petit juge » en France le 5 décembre 2014 dans le cadre de l’instruction de l’affaire des Disparus du Beach. Courageux et estimant qu’il n’a rien à se reprocher, le général veut faire le voyage de Paris mais Sassou l’en dissuaderait. 

Il fut une époque au Congo, où on pouvait aller zigouiller impunément une meute d'innocents sur la route nationale 2, souvent des pères de famille accusés de « réactionnaires ». Ces purges furent baptisées « Au petit matin », un nombre incalculable de femmes et de gosses sont subitement devenus veuves et orphelins à cause de la Pensée Unique.

Le général Ndengué connaît-il le principe de la  présomption d’innocence ?

Un principe ainsi formulé par l'article 11 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 de l'ONU :

« Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées ».

Le miracle n’aura pas lieu. Celui du boycott par l’UPADS, principal parti d’opposition, le parti de Pascal Lissouba, des élections locales du 28 Septembre 2014 convoquées par Denis Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville.

Plus d'articles...