08
Mer, Déc
0 Nouveaux articles

Frédéric Bintsamou dit Ntumi, un allié du clan Sassou dans le Pool

politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Sassou s’adonne à son jeu mortel préféré : faire la guerre avec force avions de chasse et hélicoptères de combat, contre les villageois du Pool. Le dernier bilan de son divertissement : une vingtaine de morts.

Cette guerre, qui plonge ses racines dans une autre « guerre civile », celle de 1958 dont certains croient pouvoir se venger, a commencé sous le régime de Marien Ngouabi dans les années 70. C’était alors le lâcher des fameux « andzimba », des tueurs qui sévissaient, sans raison apparente, contre les pauvres paysans dans les champs. Le Pool était alors le refuge d’Ange Diawara dont la recherche servait de prétexte aux sauvages tueries.

Des années plus tard, Sassou, qui était déjà à la manœuvre en coulisses sous Marien Ngouabi, s’en est souvenu. Par l’entremise de Pierre Oba, alors ministre de l’Intérieur, il créa le pasteur Ntumi dans le but d’éliminer des Ninjas de Kolélas qui avaient reflué dans le Pool après la guerre sanglante contre les civils en 1997-1998. Ce fut la naissance des Nsilulus, avec à leur tête un inconnu que le clan mbochi habilla d’une soutane violette puisque, expliqua-t-on, les bakongo vénèrent le mystère et sont dans l’attente d’un messie.

Le travail confié à la marionnette Ntumi dépassa les espérances de ses commanditaires. Le Pool fut dévasté pendant des années, le département effectuant un grand bond en arrière sur le plan économique, social ou éducatif. On se rappelle qu’après avoir signé les accords de désarmement avec le pouvoir, Frédéric Bintsamou qui put enfin sillonner la région s’étonna lui-même de l’ampleur du désastre. Il est vrai que le Pool était devenu un champ de ruines. Est-ce pour cela que toute créature du clan mbochi qu’il est, il fut gagné par la tentation d’échapper à ses concepteurs ? La question est posée.

Quoiqu’il en soit, Ntumi peut continuer à dormir sur ses deux oreilles. Cet homme est un allié objectif du pouvoir. Celui-ci ne saurait l’éliminer car il a grandement besoin de lui. Pour faire diversion, comme le 4 avril dernier quand le clan au pouvoir fabriqua de toutes pièces une « situation armée » attribuée aux Ninjas, dans le seul but de proclamer, sous la fumée, la victoire de Sassou aux élections présidentielles, le pouvoir doit pouvoir compter sur lui.
Le pouvoir politique n’est pas seul à protéger Ntumi comme du lait sur le feu. Certains chefs militaires siphonnent également le Trésor public en créant des « situations » dans les villages du Pool, histoire d’occuper les soldats mais surtout pour se remplir les poches.

Zacharie Bowao, ancien ministre de la Défense s’étonne, avec l’opposition congolaise que « l’armée n’ait pas pu arrêter un rebelle qui a commis des forfaits et qu’on recherche depuis le 4 avril 2016 « dans un département envahi par des milliers et des milliers de policiers, de gendarmes et de militaires et même des supplétifs de la force publique » tout en s’indignant que « Tout se passe comme si une grande armée étrangère bien équipée, bien entrainée et motivée à souhait, met en déroute l’armée congolaise » ? Que ne crèvent-ils pas l’abcès en disant la vérité au peuple ?

Et que dire des originaires du Pool qui continuent, comme si de rien n’était, à se disputer les miettes tombées de la table de Sassou, pendant que leurs parents meurent ? Les N’silou, Tchibambelela, Euloge Landry Kolelas, Hellot Mampouya, Adelaïde Mougany…, sans compter quelques « journaleux » à la solde, peuvent toujours, entre deux rots, appeler à l'arrestation de Ntumi. Se posent-ils au moins la question de savoir pourquoi il y a quelques années Sassou avait rapidement mis fin à la cavale d’Anga dans la forêt d’Ikonongo ? Ce dernier ne menaçait pourtant pas grand-monde à 450 Km de Brazzaville !

Ecouter une interview de Ntumi,le 24/5/2016, par Elie Smith

 Ces dignitaires du Pool qui indexent la créature Ntumi pour mieux épargner son créateur Sassou qui le protège, histoire de sauvegarder leur place sous la table de la mangeoire. Honte à eux ! Ils ont la mort des populations du Pool et de la région sur leur conscience.

Ntumi, dans les clairières du Pool, ne risque pas sa vie. Il peut continuer à circuler dans ses grosses américaines, histoire de protéger les oeufs en se cachant dans le poolailler. Et pour cause :  en réalité, il sait que pour Sassou, s'il n’existait pas, il faudrait l’inventer.

 

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS