10
Ven, Juil
4 Nouveaux articles

Notre ami Cyriaque Bassoka n’est plus

La guinguette Africaine à Suresnes

Actualites
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Cyriaque, qui nous a quittés à 60 ans, le jeudi 9 avril dernier, était surtout connu dans le milieu de la reproduction des « merveilles du passé », à savoir les œuvres musicales anciennes, et notamment celles des Bantous de la Capitale.

La liste des Congolais victimes du Covid 19 en France s’allonge. Après Yhombi Opango, Aurlus Mabélé, Côme Moukamba, Jean Pierre Bazoloh, Joseph Babingui Raymond Kinkonda alias Bissengo, Kouloufoua... la diaspora congolaise pleure la disparition de Cyriaque Bassoka, une figure bien connue de notre journal avec lequel il a longtemps collaboré.

Cyriaque, qui nous a quittés à l'âge de 60 ans, le jeudi 9 avril dernier, était surtout connu dans le milieu de la reproduction des « merveilles du passé », à savoir les œuvres musicales anciennes, et notamment celles des Bantous de la Capitale.

Sa passion, c’était la culture de notre pays. Elle nous avait décidé à lui offrir un espace dans notre journal.

Fan de Pamelo Mounka dont il a essayé de relancer la carrière vers la fin de la vie de ce dernier, Cyriaque était également connu pour être le promoteur de la Guinguette africaine, une fête qui se tenait à Suresnes, et au cours de laquelle à côté du bal et des divertissements, on pouvait soutenir la pratique artistique et gastronomique de tel ou tel département du Congo, quand on ne participait pas à une cagnotte destinée à réhabiliter une école primaire dans son pays natal.

C’est dire que la disparition de notre ami constitue une grande perte, et laissera un vide dans le monde de la culture congolaise en France.

Que l’âme de Cyriaque repose en paix parmi nos ancêtres.