REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
25
Mar, Avr

lu pour vous
Typographie

Le vice-président du FN, pourtant, n’est jamais allé en Afrique centrale et c’était là sa première prise de position contre le régime de Brazzaville. « Si je me suis lancé là-dedans, confie-t-il, c’est parce que Parfait, assigné à résidence, était menacé physiquement ». Longtemps ministre du président Denis Sassou Nguesso avant de passer dans l’opposition, Guy Brice Parfait Kolélas est un proche du vice-président frontiste.

Le Monde (26/11)

Au Front national, la passion Congo de Louis Alliot

On ne l’attendait pas là. Louis Aliot, vice-président du Front national (FN), a été l’une des seules personnalités politiques françaises à prendre ouvertement fait et cause pour l’opposition congolaise lors du référendum organisé le 25 octobre par le président Sassou Nguesso. Sur la chaîne Public Sénat, au Parlement de Bruxelles, dans une lettre à François Hollande, le député européen d’extrême droite a multiplié les saillies contre la Françafrique et ses « compromissions » avec des « régimes politiques douteux ». Une mobilisation qui a valu au compagnon de Marine Le Pen les sympathies d’une grande partie de la diaspora, certains se disant « prêts à (le) suivre jusqu’au bout des urnes » et à « sanctionner le PS et François Hollande aux prochaines élections ».

Lire l'article en totalité

Mwinda sur Twitter

Facebook