REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
25
Sam, Mar

Revoici  papa Obambi, du fin fond de son Oyo natal. Encore plus fort et plus drôle que dans sa première lettre, Papa Obambi n’est pas seulement mécontent. Il est aussi bourré d’humour. Il se démarque de Sassou et des autres mbochis et le dit avec ses mots.

Les résultats de l’école publique n’ont jamais été aussi médiocres. « Ebonga, ébonga té, meilleur toujours  ». Ces mauvais résultats qui devraient sonner le tocsin, n’émeuvent  et n’interpellent personne, conformément au slogan « pécétiste ».  15 % de taux de succès au baccalauréat et 48 % de taux de réussite au Brevet d’études du premier cycle (BEPC) pour l’année scolaire 2012-2013, 30 % au bac 2014 et 10 ,08 % au bac 2015. Le Congo-Brazzaville a atteint le fond. Il ne reste plus qu’à trouver du pétrole.

Je m’adresse aux Sassou et aux Nguesso, Bouya, Okemba, Ayessa, Ebata, parce que le Congo, c’est leur propriété et l’Etat c’est eux. Je m’adresse aussi à tous ces ‘’ministres’’, ces ‘’conseillers’’, ces griots, tous ces zouaves au service de ce clan, qui se sont enfermés dans leur tour d’ivoire et vivent sur une autre planète. Sortez. Revenez sur terre. Retrouvez un peu d’humanité. Le Congo s’en portera mieux.

Mwinda sur Twitter

Facebook