REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
30
Jeu, Mar

" En l'absence d'une transparence suffisante pour certifier la crédibilité des résultats, la France encourage les autorités du Congo au respect, au dialogue et au rassemblement de l'ensemble des sensibilités politiques du pays ", dit la France qui appelle clairement à une Transition au Congo.

Il serait, sans doute, erroné de réduire les massacres actuellement en cours dans le Pool à une simple querelle électorale ou à une banale opération policière. Au contraire, c’est avec un maximum de vraisemblance que ces massacres semblent s’inscrire dans la logique qui prévalait déjà lors de la réinstallation du pouvoir par les armes en 1997, débouchant sur l’affaire dite des « disparus du Beach ». 

L'isolement  international de Sassou Nguesso devrait donner des ailes à ses adversaires politiques de l'intérieur. Sauf qu'il n'est pas aisé d'organiser une contre-offensive tant les ambitions des uns et des autres sont démesurées et contradictoires. Si les porte-flambeaux traditionnels de Sassou Nguesso à l'international  se terrent, prenant le risque de sortir trop tard, c'est qu'ils sont englués en coulisses à essayer de se mettre d'accord. Leur équation est simple.

Denis Sassou NGuesso prête serment samedi 16 avril à 11h. Le texte du nouveau serment n'oblige plus le Président de la République à "garantir le respect des droits fondamentaux de la personne humaine et les libertés publiques,  protéger et respecter le bien public, consacrer l'intégralité des ressources naturelles au développement de la Nation". Tout un symbole. Le président Sassou va oser empocher devant le monde entier le butin obtenu lors du hold-up du siècle, perpétré le 20 mars.

L’action terroriste et l’oppression qu’exerce Sassou Nguesso sur les populations du Congo relèvent indéniablement d’une initiative du démon. Il faut une foi agissante pour arriver à faire tomber le règne de Satan sur lequel repose le pouvoir de Sassou Nguesso. Là où l’Évangile est absent ou ignoré, le démon performe sans entrave et son action consiste à établir et contrôler un système d’oppression et de mensonge. Cette réalité spirituelle trouve une cohérence dans le contexte sociopolitique du Congo-Brazzaville, où le diable a pénétré, par le biais de la corruption et des assassinats des gardiens du temple, dans l’enceinte du sacré divin. Son triomphe éclate dans la mesure où les disciples du Fils de Dieu compromettent, par le silence, la peur et l’accommodation, la raison d’être de la présence du Christ sur terre, à savoir détruire les œuvres du diable.

Les données traitées toute la journée du lundi 21, jusqu'au mardi 22 mars livrent les grandes tendances: Denis Sassou N'Guesso "DSN" est battu dans tout le pays, y compris à Oyo. Le trio de tête est formé de Kolelas, Mokoko et Okombi Salissa. Sassou est, au mieux, cinquième. Ces données sont portées à la connaissance de diverses autorités locales et des ambassadeurs étrangers.Panique à bord dans le camp du pouvoir. 

Parmi les arrestations on note celles de Jean Ngouabi, Anatole Limbongo Ngoka. Christine Moyen et Dieudonné Dhird de l’équipe de campagne de Jean-Marie Michel Mokoko; Raymond Ebonga et Serge Blanchard Oba de l’équipe de campagne de Okombi Salissa. Toutes les personnes arrêtées sont actuellement détenues à la ‘Direction générale de la surveillance du territoire’ (DGST) de Brazzaville et aucun des détenus n’a eu accès à sa famille ou son avocat

Plus d'articles...

Mwinda sur Twitter

Facebook