REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
24
Lun, Avr

potpourri
Typographie

Nommé à la tête de la librairie galerie Congo en janvier 2015, un Congolais dirigerait la vitrine culturelle congolaise à Paris tel un boutiquier dans son épicerie de famille.

Tribune libre

Nommé à la tête de la librairie galerie Congo en janvier 2015, un Congolais dirigerait la vitrine culturelle congolaise à Paris tel un boutiquier dans son épicerie de famille.

Ainsi, outre sa nomination, le dirigeant s’est vu chargé, par les administrateurs de l’espace, de la tenue, au rendez-vous international du Livre de Paris, du majestueux stand « Livres et Auteurs du Bassin du Congo ». C’est aussi à lui qu’a été attribuée la responsabilité de la remise du « Prix Mokanda » durant l’exposition de la Porte de Versailles.

 

A peine installé aux commandes de cet établissement, le directeur général aurait, de source informée, contribué à la dégradation des relations avec le Personnel en place par un libre comportement parfaitement irrespectueux et aurait notamment négligé de payer régulièrement leurs salaires ; oh, tous les mois et demi ou deux mois, ça leur suffit bien, … Très vite, les cinq salariés sur six de la librairie galerie Congo, atteints par le climat malsain ambiant et les problèmes surgis en adéquation, seraient tombés les uns après les autres et se seraient vus contraints de recourir à l’arrêt-maladie.

Pour éviter l'hémorragie du personnel, le directeur général aurait eu recours à l’utilisation  de stagiaires et à l’embauche de son ami d’enfance, administrateur des SAF du ministère des finances du Congo, en tant que directeur-adjoint. Cela aurait marqué un coup d’arrêt aux diverses activités, d’ordinaire abondantes, de la librairie galerie Congo.

 La librairie galerie Congo serait devenue ce que l'on avait voulu qu'elle devienne : une quelconque officine familiale. Les visiteurs du Stand Livres et Auteurs du Bassin du Congo au Livre de Paris 2016 se seraient immédiatement étonnés de l’absence des cinq piliers qui, dans les six éditions précédentes, formaient l’âme et le socle de cet espace culturel dont s’appropriaient les auteurs les plus diversifiés et que les lecteurs occupaient d’assaut pour y suivre les animations. Et pourtant Brazzaville et Pointe Noire étaient les deux villes à l'honneur, aucune autorité congolaise en vue sur le stand lors du vernissage ou de la réception à l'hôtel de ville de Paris.

Avec l’avènement de la Nouvelle République au Congo, formons le vœu pour que le pan de la culture congolaise à Paris soit, dans les plus brefs délais, mieux et plus élégamment représenté.

Mwinda sur Twitter

Facebook