REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
30
Jeu, Mar

 Pour laver l'affront que lui a fait Donald Trump en lui posant un retentissant et mémorable lapin, le vieux dictateur infatigable va se venger. Sans doute sur le Pool et ses populations, son bouc émissaire historique préféré, ou sur les dirigeants de l'opposition.

C’est le poto poto complet pour Sassou, la honte du Congo, que disons-nous, la honte de l'Afrique. C'est l'histoire d'une pantalonnade, d'une humiliation africaine qui restera dans les annales de la mauvaise diplomatie.

Intouchable Pierre Oba... En 2010, ce ministre congolais a reçu la nationalité belge en faisant croire qu’il travaillait au… restaurant de sa femme. L'hiver dernier, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, il s'est échappé de Paris par un vol « spécial ».

La traque du Pasteur Ntumi a quant à elle été confiée à une unité mixte, spéciale, essentiellement composée d’éléments de la réserve ministérielle de Tsambitso, de la garde présidentielle et du GPC. Unité directement sous le commandement de Denis Sassou-N’Guesso lui-même, avec pour relais sur le terrain, le colonel Serges Oboa, lequel est par ailleurs Directeur général de la sécurité présidentielle (DGSP).

Quand le monde se réveillera demain, les Bakongos et les Tékés qui peuplent la région du Pool, territoire comparable à celui de la Suisse ou de la Belgique ou encore du Rwanda, auront été exterminés. Que personne ne vienne alors, la bouche enfarinée, verser les larmes de crocodile sous prétexte qu’il ne le savait pas !

Cette prétendue mise en garde des Forces Armées Congolaises, qui n’est au fond qu’un groupuscule d’incompétents à connotation régionale bourré d’incultes et d’arrivistes convertis à l’affairisme, me fait plutôt  sourire, car plus que jamais, je reste convaincu que le salut dans la situation actuelle ne viendra  que du peuple.

Des documents judiciaires révèlent l’ampleur des somptueux cadeaux que le groupe brésilien Asperbras a offerts à Gilbert Ondongo, ministre de Denis Sassou-Nguesso. La police portugaise a trouvé dans une villa mise à disposition d'Ondongo au Portugal 3 millions d’euros et 4,35 millions de dollars (4 millions d’euros) en liquide lors d’une perquisition en février 2016...

Plus d'articles...

Mwinda sur Twitter

Facebook