REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
28
Mar, Mar

Un discours convenu sans saillies. Les expressions «  guerre du Pool, bombardements des populations du Pool, camps des réfugiés, miliciens Nsiloulou, miliciens cobra, mercenaires étrangers… » ont été expurgées du texte de Guy Brice Parfait Kolelas.

 Pour Kolelas, l’opposition dite radicale ferait désormais partie du passé. Ce qui l’obsèderait le plus aujourd’hui, c’est comment expliquer son retour au bercail (un virage politique à 180 degrés ou une tête à queue) auprès de ses militants et sympathisants. Invoquera-t-il une fois de plus le vent, sa boussole ?

Le Congo, est, selon le départment d'Etat le pays des atteintes aux droits de l’homme dont la liste est très longue : disparitions forcées, torture, viol, journalistes victimes de violences et de pressions, aide humanitaire et accès aux observateurs et aux journalistes restreints dans le Pool où le pouvoir opére à huis clos... Les américains reconnaissent enfin le travail de JDO et de Ndéngué. Bienvenue au pays de Sassou.

Après plusieurs années d’excédents budgétaires et deux années de financement des manifestations sans rendement économique le Congo, dont l’économie est essentiellement axée sur la rente pétrolière, est confronté depuis plus de 3 ans à une crise économique et financière qui a atteint son apogée.

De toutes les opérations militaires entreprises dans le Pool, théâtre des exactions contre l'humanité, aucun bilan officiel n’est véritablement publié à ce jour. Malgré de nombreux morts que les autorités congolaises peinent à avouer, les villages détruits et rayés de la carte sont là pour témoigner de l'humiliation subie et de manque d'humanité du régime.

Le rapport de l’Observatoire congolais des droits de l'homme indique que «  le département du Pool est déstabilisé, des villages ont été incendiés et se meurent, les témoignages obtenus sont sans appel : une véritable catastrophe humanitaire se déroule à « huis clos ».

Plus d'articles...

Mwinda sur Twitter

Facebook